À propos de la docteure Ida P. Rolf

Dr. Ida P. Rolf (1896 – 1979)

La docteure Ida P. Rolf est née à New York en 1896 et a grandi dans le Bronx. C’est en 1916, durant la Première Guerre mondiale, qu’elle décroche son diplôme du Barnard College. Elle reçoit ensuite son doctorat en biochimie de l’Université de Columbia (États-Unis), plus précisément du College of Physicians and Surgeons. Ida P. Rolf enseignera par ailleurs à l’Université Rockefeller jusqu’à la fin des années 1920. À la mort de son père, elle quitte l’enseignement pour gérer l’entreprise familiale.

Image result for rockefeller university 1916

L’Université Rockefeller 1917

Le développement de la thérapie par le toucher, qu’Ida P. Rolf a nommée intégration structurelle par le Rolfing®, est né de son expérience personnelle qu’elle a traduite en approche clinique. Prise de douleurs chroniques et de malaises corporels, Ida P. Rolf cherchait activement une voie de soulagement, et c’est en étudiant auprès de praticiens du yoga, d’ostéopathes et d’homéopathes qu’elle a pu recouvrer la santé. Sa propre expérience l’a convaincue que l’être humain peut se remettre de lésions aux tissus mous par des interventions actives sur ces structures. Elle a effectivement constaté avoir retrouvé ses fonctions optimales grâce à l’allongement et à l’équilibrage de sa structure dans l’axe de la gravité, et que ces principes étaient vrais pour tout le monde.

La talentueuse professeure de musique qu’Ida P. Rolf avait trouvée pour ses jeunes enfants était tombée et ne pouvait plus jouer du piano à cause de ses blessures. Mais la docteure Ida P. Rolf a offert de l’aider à retrouver ses capacités en échange de leçons pour ses enfants. En replaçant les tissus mous correctement et en allongeant la structure corporelle de l’artiste, une étape à la fois, Ida P. Rolf a amené la pianiste à jouir de nouveau de son art.

Ida P. Rolf a poursuivi ce travail de réhabilitation par le toucher auprès de gens de sa communauté grièvement blessés. Une femme, par exemple, avait subi des blessures qui avaient changé sa vie après avoir fait une malheureuse chute dans une piscine alors qu’elle n’avait que huit ans. Cette femme, qui devait être assistée physiquement dans ses activités de tous les jours depuis cet âge, était dans la quarantaine au moment de rencontrer Ida P. Rolf. Il a fallu du temps, mais finalement, cette femme a retrouvé une indépendance totale grâce aux manipulations de la docteure Ida P. Rolf. Or comme de plus en plus de gens souffrant frappaient à la porte de la docteure, elle a continué de mettre ses mains expertes au service de gens qui avaient besoin d’aide.

La docteure Ida P. Rolf avait reconnu dans la structure humaine des modèles d’organisation gravitationnelle qui aident sensiblement à la récupération de personnes souffrant de douleurs chroniques. Elle avait aussi découvert des principes de toucher thérapeutique qui accélèrent le processus naturel de récupération du corps humain. Son travail avait même acquis la réputation d’aider les gens que d’autres praticiens n’avaient pas pu aider. Des gens souffrant de plusieurs types de douleurs faisaient alors la queue pour vivre l’expérience de l’intégration structurelle par le Rolfing®. Ida P. Rolf a par ailleurs travaillé et enseigné partout aux États-Unis, au Canada et en Europe, y enseignant que la thérapie du toucher des fascias axée sur l’alignement gravitationnel peut aider une personne à devenir plus équilibrée, et qu’une structure équilibrée se guérit d’elle-même.

Dans les années 1960, la docteure Ida P. Rolf a développé une série de dix séances d’intégration structurelle par le Rolfing qui visaient systématiquement le corps humain dans son intégralité. Les interventions par le toucher découlaient alors de l’évaluation visuelle et de déductions anatomiques logiques des différences de chaque client. Pour l’évaluation, les gens se tenaient debout, en sous-vêtements, et Ida P. Rolf exigeait de ses étudiants qu’ils décrivent avec grande précision l’unicité tridimensionnelle des personnes. C’est ainsi que les rolfers sont devenus des praticiens qui, avec leurs mains, peuvent aider à relever et à « repasser » les régions corporelles courbées ou pliées avec le temps, désaxées après un accident de voiture, ou tout simplement prises de ce malaise général qu’engendre l’effondrement chronique du squelette.

En 1963, Ida P. Rolf publie à compte d’auteur Gravity: An Unexplored Factor in a More Human Use of Human Beings. Cet ouvrage de référence décrit la philosophie de l’intégration structurelle par le Rolfing® ancrée dans la logique de l’évaluation gravitationnelle de toutes les structures anatomiques de l’être humain et dans les relations fonctionnelles qui forgent les différences individuelles. Le modèle de la docteure Ida P. Rolf repose sur les lois de la mécanique selon lesquelles les structures verticales, pour être stables, doivent avoir leurs masses (bassin, thorax, tête) équilibrées le long d’un axe gravitationnel. Les forces de tension dans tous les tissus mous (myofasciaux, vasculaires, neuronaux, viscéraux, etc.) donnent ensuite aux os leurs positions respectives. Les interventions par le toucher peuvent aider une personne à trouver son axe idéal de gravité : dans cet axe, les blocs de son corps ne sont plus attirés vers le bas, la force de gravité circule avec aisance dans une structure équilibrée et cette personne nouvellement équilibrée éprouve une sensation de légèreté.

Ida P. Rolf a par ailleurs mis sur pied le Rolf Institute of Structural Integration (RISI) en 1971 à Boulder, au Colorado, un établissement doté d’un corps professoral bien établi et d’un programme d’enseignement de l’intégration structurelle par le Rolfing®. Ses idées novatrices ont attiré de talentueux enseignants venus travailler à ses côtés pour parfaire un modèle décrivant précisément ce qui se produit dans le corps du client durant une séance de Rolfing. Ida P. Rolf était déterminée à produire une preuve évaluée par les pairs et des interventions reproductibles à partir de son modèle d’intégration structurelle.

Vers la fin de sa vie, Ida P. Rolf a continué de travailler sans relâche à communiquer et à enseigner les principes de l’intégration structurelle par le Rolfing, produisant une toute nouvelle catégorie de professionnels de la thérapie manuelle. À son décès, en 1979, elle avait contribué à former une vaste cohorte d’enseignants ouverts et tous engagés à promouvoir l’intégration structurelle comme profession, à aider les gens à récupérer d’états de douleur chronique et à les amener à optimiser leurs performances athlétiques et artistiques.

L’héritage bien vivant de la docteure Ida P. Rolf se trouve dans les mains de chaque rolfer canadien : ces mains réalisent un toucher thérapeutique compétent, enraciné dans l’étude de l’anatomie, la physiologie, la biomécanique et la neurologie, entre autres savoirs. Chaque rolfer canadien enrichit l’agrément professionnel qu’il reçoit du RISI de sa propre éducation. À l’instar de la docteure Ida P. Rolf, nombre de rolfers canadiens ancrent leur travail dans l’étude du yoga et pratiquent des métiers manuels comme la charpenterie, et plusieurs ont en outre un bagage universitaire qui fait de chaque séance de Rolfing au Canada une expérience unique. Et tout rolfer canadien a pris le même engagement : étudier le travail de la docteure Ida P. Rolf, ses modèles, sa maîtrise des interventions par le toucher et sa détermination à amalgamer la pratique expérientielle et la thérapie manuelle fondée sur des preuves.

Source : Rolfing and Physical Reality, tiré de l’introduction de Rosemary Feitis, 1990.